23 Nov 2020
2020/11/23

Télétravail?

Voici quelques liens qui pourront vous apporter un peu de lumière sur la situation de télétravail de plusieurs d’entre vous et la saison des impôts qui s’en vient. Nous vous suggérons par contre de consulter un professionnel en la matière afin qu’il puisse vous fournir l’information propre à votre situation. Votre comptable peut vous aider à démêler tout ça!

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1747637/teletravail-deductions-loyer-internet-materiel-depenses

https://www.droit-inc.com/article27607-En-teletravail-que-pourra-t-on-deduire-dans-ses-impots

https://quatre95.urbania.ca/article/5-depenses-de-teletravail-qui-seront-deductibles-dimpot

Le 10 juillet dernier est paru un article dans le journal La Presse écrit par notre président Jean Vallières. Il y présente la situation difficile que vivent les professeures et professeurs de francisation face à la précarité d’emploi qui touche la plupart d’entre eux, ainsi que le manque de temps de préparation et d’outils technologiques fournis par l’employeur dans le cadre de l’enseignement à distance.

https://www.lapresse.ca/debats/opinions/2020-07-10/la-francisation-parent-pauvre-de-l-enseignement-au-quebec.php

Suite à deux assemblées tenues en visioconférence, l’une regroupant les professeures et professeurs des conservatoires de Rimouski, Saguenay, Trois-Rivières et Québec, art dramatique et musique, et l’autre regroupant ceux de Val-D’or, Gatineau et Montréal, art dramatique et musique, les membres ont pu se prononcer par vote en ligne jeudi dernier le 25 juin, et ils ont ratifié l’entente de principe que le SPEQ leur a soumis avec une majorité de 81,71%.

Voici certains éléments nouveaux de cette nouvelle convention, représentant des acquis importants par rapport à la précédente :

  • Un processus de régularisation permettant à tous les occasionnels dont la tâche d’enseignement est de cinq périodes hebdomadaires ou plus, ceci depuis deux années d’enseignement complètes et consécutives, dans un même établissement, et qui fait l’objet d’une évaluation positive, de se voir attribuer le statut de professeur régulier.
  • Un processus d’attribution de plancher d’emploi permettant au professeur(e) ayant enseigné deux années consécutives à titre de professeur régulier dans un même établissement de se voir attribuer un plancher d’emploi équivalant à la moyenne arrondie au nombre entier inférieur des quatre dernières années d’enseignement.
  • Un processus de révision de plancher d’emploi permettant d’ajuster progressivement à tous les quatre ans les planchers d’emploi aux réalités des tâches des professeurs(es).
  • Une réforme des comités de répartition des tâches incluant notamment la participation d’un(e) représentant(e) de l’enseignement à distance lorsque le conservatoire est concerné par cet enseignement.
  • L’inclusion de balises concernant les droits d’auteur et l’enseignement à distance.
  • L’inclusion dans les documents de la convention des ratios d’accompagnement réajustés à la hausse en cours de négociation, ainsi que l’arrêté en conseil de 1967 qui concerne les avancements d’échelons.
  • L’inclusion dans la convention de la notion de plan de travail, permettant au professeur(e) de mieux prévoir et baliser ses heures de disponibilité.
  • Une modification de la convention permettant au professeur (e) de pouvoir poser sa candidature à un poste dans un autre établissement que le sien sans être pénalisé quant à l’obligation de l’employeur à défrayer les déplacements.
  • La mise sur pied d’un comité devant se pencher sur les paramètres permettant l’attribution des matières complexes ou dites lourdes.
  • La reconduction du comité devant examiner les paramètres du classement et des révisions d’avancement d’échelons. Des avancées sont déjà en cours dans ce dossier, quant aux collègues ayant été engagés entre 2001 et 2013.

Cette convention collective à peine signée, les représentants syndicaux du Conservatoire entreprendront la négociation d’une nouvelle convention qui couvrira cette fois les années 2020-2023.

La francisation redémarre… mais pas pour tous
Un article sur la francisation de Lise-Marie Gervais du Devoir

Marc Fortier, représentant syndical du Conservatoire, se joint à moi pour saluer et féliciter chaleureusement notre camarade et ancien collègue Gilbert Sicotte, qui s’est vu décerner hier soir le prix de la meilleure interprétation masculine-premier rôle dans le cadre du Gala du cinéma québécois, pour sa participation au film «Il pleuvait des oiseaux» de Louise Archambault.

Bien qu’il n’enseigne plus au Conservatoire, il ne fait aucun doute que Gilbert Sicotte fait partie de ces remarquables pédagogues qui auront marqué l’histoire et la tradition de notre institution, par leur rayonnement et leur engagement personnel dédié à l’accomplissement de la mission du Conservatoire. En effet, en œuvrant pendant plus de trois décennies au Conservatoire d’art dramatique de Montréal, il a formé des générations de comédiennes et de comédiens qui s’illustrent tant au théâtre qu’au cinéma et à la télévision.

La récompense d’hier démontre bien qu’il jouit plus que jamais du respect et de la reconnaissance de ses pairs, en plus de la faveur constante et indéfectible du public québécois.

Nous lui disons Bravo, et lui souhaitons la meilleure des chances dans la poursuite de sa brillante carrière.

Jean Vallières
Président

22 Avr 2020
2020/04/22

COVID-19

Malgré les nouvelles mesures de confinement imposées par le gouvernement du Québec, l’équipe du SPEQ demeure disponible pour répondre à vos questions, mais en télétravail.
Pour cette raison, nous vous demandons de communiquer avec nous par courriel à info@speq.org ou par téléphone en nous laissant un message vocal accompagné de vos coordonnées au 514-525-7979 (sans frais 1-877-525-7979). Votre message sera acheminé le plus rapidement possible à la personne en mesure de vous répondre. Nous ferons tout notre possible pour vous rappeler dans les plus brefs délais.
Nos heures d’ouverture restent les mêmes, soit de 8 h 30 à 16 h 30.

Vous retrouverez sur cette page des informations relatives au COVID-19 et des mesures prises par les ministères dans chacun des réseaux du SPEQ. Vous pourrez constater que nous n’avons pas d’informations pour tous les réseaux, nous travaillons actuellement à les regrouper.

La fermeture des établissements scolaires (écoles primaires et secondaires, centres de formation, établissements d’enseignement privés) est prolongée jusqu’au 1er mai inclusivement. 

-Situation du coronavirus (Covid-19) au Québec
Mise à jour importante relative au coronavirus ) COVID-19) et l’assurance voyage (Desjardins)
-Stress, anxiété et déprime associés à la maladie à coronavirus COVID-19
COVID-19, Questions & Réponses

Aide Alimentaire
Aide alimentaire d’urgence dans Ville-Marie (Montréal)
https://www.211qc.ca/alimentation 211 Grand Montréal
http://www.211quebecregions.ca/ 211 Capital-Nationale et Chaudière-Appalaches

Violence conjugale
http://www.sosviolenceconjugale.ca/
1 800 363-9010, 24 heures sur 24 / 7 jours sur 7
(aussi le 911)

Pour de l’information générale, consultez l’adresse www.quebec.ca/coronavirus
Ligne info coronavirus : 1-877-644-4545

Veuillez prendre note que cette page sera mise à jour dès que nous recevrons de nouvelles informations.

Chères et chers collègues du Conservatoire,

Je vous annonce qu’une entente de principe est intervenue entre le SPEQ et le Conservatoire à propos de la convention collective 2015-2020. Une fois que le Conseil du trésor aura donné son aval à cette entente, eu égard à certaines modalités d’intégration des professeurs du programme Jazz-Pop de Rimouski, elle vous sera soumise afin que vous puissiez vous prononcer par vote secret sur son acceptation. Normalement ceci s’opère par des assemblées tenues dans toutes les régions concernées, mais dans les circonstances actuelles, nous allons examiner la possibilité que ce vote puisse se réaliser par envoi postal supervisé afin d’en préserver le secret, tout en restant conforme à nos statuts.

D’autres informations suivront,

Marc Fortier
Représentant du réseau des conservatoires au Conseil exécutif du SPEQ

03 Mar 2020
2020/03/03

Le plagiat à l’ITA

Le 27 février dernier, madame Marie-Christine Lalande, professeure au campus de La Pocatière et représentante syndicale de l’ITA, ainsi que Jean Vallières, président du SPEQ ont publié une lettre ouverte dans divers médias régionaux ou reliés au secteur agroalimentaire. Cette lettre faisait état de situations qui s’échelonnent sur plusieurs années quant à l’application des politiques et directives en matière d’évaluation, de plagiat et de révisions de notes. Voici les liens menant à cette lettre ainsi qu’aux réactions qu’elle a suscité :

http://lavieagricole.ca/5872

http://lavieagricole.ca/5872

http://lavieagricole.ca/5871?fbclid=IwAR0go21JISPKaY0K_ey1qCYKnNkG9lP6qzlkVbV9GGn0b86ReS759q_imTg

L’Université de Montréal lance un cours en ligne gratuit (MOOC) sur la transdiversité s’adressant à sa communauté ainsi qu’au grand public.
Comprendre et respecter la transdiversité grâce à l’éducation

Lettre ouverte parue au journal Le Devoir le 14 février 2020.
https://www.ledevoir.com/opinion/idees/572957/culture-un-jeu-de-chaise-musicale-a-la-direction-du-conservatoire

Le 7 février dernier, la Fondation du Conservatoire tenait un événement à la Maison symphonique de Montréal afin de souligner le succès de sa première campagne majeure de financement. À cette occasion, de grands artistes d’ici, tels Marie-Thérèse Fortin, Yannick Nézet-Séguin, Patrice Robitaille, Marc Hervieux, Ève Landry, François Dompierre, Jeff Stinco du groupe Simple Plan et d’autres, ont bravé la tempête pour venir témoigner du rôle exceptionnel et unique joué par le Conservatoire de musique et d’art dramatique du Québec dans notre vie culturelle. Toutes ces personnes ont relaté avec passion l’apport précieux de leurs professeurs dans la formation offerte dans les neuf établissements du Conservatoire répartis à travers le Québec.

Ces mêmes professeurs doivent toutefois constater avec désolation que le Conservatoire vit actuellement un problème de gouvernance à sa direction générale. Or c’est son conseil d’administration qui a la responsabilité de recommander au Conseil des ministres la personne devant occuper le poste de directeur général ou de directrice générale du Conservatoire. Depuis 2014, en comptant les intérims, cinq personnes s’y sont déjà succédé. C’est trop pour permettre d’établir la vision à long terme que mérite notre institution.

De plus, la plupart de ces personnes, provenant d’autres milieux que ceux du théâtre et de la musique, ont pris au moins une année pour se mettre au parfum des réalités particulières de ce secteur artistique spécialisé. Il semble aussi que le conseil d’administration, lors des ouvertures de postes, ait rejeté certaines candidatures prestigieuses et visionnaires pourtant issues du milieu.

Quant à la dernière directrice générale en date, elle est restée en poste moins d’un an. Les professeurs ont appris en effet le 6 février dernier, par un communiqué laconique, que celle-ci était remplacée par l’actuelle directrice administrative du Conservatoire, mais dont le mandat comme directrice générale prendra fin en juin 2021 !

Ce jeu de chaise musicale va donc se poursuivre, mais jusqu’à quand ? Dans le même temps, on observe une instabilité et un roulement constant de personnel administratif à tous les échelons de la direction générale du Conservatoire.

Dans cette atmosphère de portes tournantes, les professeurs du Conservatoire tiennent le fort malgré tout, en remplissant leur mission avec dévouement et constance. Ils ne devraient pas, en toute justice, avoir à payer le prix de cette situation anormale et devraient avoir le droit d’apposer enfin leur signature sur le renouvellement de leur convention collective, qui traîne en longueur depuis 2015. Mais de l’autre côté de la table, assis devant eux, qui tient la plume ?

En 2014, Mme Hélène David, ministre de la Culture d’alors, avait rappelé à l’ordre le conseil d’administration du Conservatoire qui, ayant accumulé un déficit considérable, voulait mettre la clé sous la porte de cinq établissements du Conservatoire sur les neuf existants.

Nous demandons maintenant, comme représentants élus des 227 professeurs du Conservatoire, à la ministre actuelle de la Culture et des Communications, Mme Nathalie Roy, d’intervenir auprès du conseil d’administration du Conservatoire afin que celui-ci prenne les mesures nécessaires pour assurer à cette grande institution québécoise une gouvernance stable et à la hauteur de son prestige.

Marc Fortier et Jean Vallières

Représentant des professeurs du réseau des conservatoires au Conseil exécutif du SPEQ, et président du Syndicat des professeurs de l’État du Québec (SPEQ)