Actualités

23 Nov 2020
2020/11/23

Télétravail?

Voici quelques liens qui pourront vous apporter un peu de lumière sur la situation de télétravail de plusieurs d’entre vous et la saison des impôts qui s’en vient. Nous vous suggérons par contre de consulter un professionnel en la matière afin qu’il puisse vous fournir l’information propre à votre situation. Votre comptable peut vous aider à démêler tout ça!

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1747637/teletravail-deductions-loyer-internet-materiel-depenses

https://www.droit-inc.com/article27607-En-teletravail-que-pourra-t-on-deduire-dans-ses-impots

https://quatre95.urbania.ca/article/5-depenses-de-teletravail-qui-seront-deductibles-dimpot

Le 10 juillet dernier est paru un article dans le journal La Presse écrit par notre président Jean Vallières. Il y présente la situation difficile que vivent les professeures et professeurs de francisation face à la précarité d’emploi qui touche la plupart d’entre eux, ainsi que le manque de temps de préparation et d’outils technologiques fournis par l’employeur dans le cadre de l’enseignement à distance.

https://www.lapresse.ca/debats/opinions/2020-07-10/la-francisation-parent-pauvre-de-l-enseignement-au-quebec.php

Suite à deux assemblées tenues en visioconférence, l’une regroupant les professeures et professeurs des conservatoires de Rimouski, Saguenay, Trois-Rivières et Québec, art dramatique et musique, et l’autre regroupant ceux de Val-D’or, Gatineau et Montréal, art dramatique et musique, les membres ont pu se prononcer par vote en ligne jeudi dernier le 25 juin, et ils ont ratifié l’entente de principe que le SPEQ leur a soumis avec une majorité de 81,71%.

Voici certains éléments nouveaux de cette nouvelle convention, représentant des acquis importants par rapport à la précédente :

  • Un processus de régularisation permettant à tous les occasionnels dont la tâche d’enseignement est de cinq périodes hebdomadaires ou plus, ceci depuis deux années d’enseignement complètes et consécutives, dans un même établissement, et qui fait l’objet d’une évaluation positive, de se voir attribuer le statut de professeur régulier.
  • Un processus d’attribution de plancher d’emploi permettant au professeur(e) ayant enseigné deux années consécutives à titre de professeur régulier dans un même établissement de se voir attribuer un plancher d’emploi équivalant à la moyenne arrondie au nombre entier inférieur des quatre dernières années d’enseignement.
  • Un processus de révision de plancher d’emploi permettant d’ajuster progressivement à tous les quatre ans les planchers d’emploi aux réalités des tâches des professeurs(es).
  • Une réforme des comités de répartition des tâches incluant notamment la participation d’un(e) représentant(e) de l’enseignement à distance lorsque le conservatoire est concerné par cet enseignement.
  • L’inclusion de balises concernant les droits d’auteur et l’enseignement à distance.
  • L’inclusion dans les documents de la convention des ratios d’accompagnement réajustés à la hausse en cours de négociation, ainsi que l’arrêté en conseil de 1967 qui concerne les avancements d’échelons.
  • L’inclusion dans la convention de la notion de plan de travail, permettant au professeur(e) de mieux prévoir et baliser ses heures de disponibilité.
  • Une modification de la convention permettant au professeur (e) de pouvoir poser sa candidature à un poste dans un autre établissement que le sien sans être pénalisé quant à l’obligation de l’employeur à défrayer les déplacements.
  • La mise sur pied d’un comité devant se pencher sur les paramètres permettant l’attribution des matières complexes ou dites lourdes.
  • La reconduction du comité devant examiner les paramètres du classement et des révisions d’avancement d’échelons. Des avancées sont déjà en cours dans ce dossier, quant aux collègues ayant été engagés entre 2001 et 2013.

Cette convention collective à peine signée, les représentants syndicaux du Conservatoire entreprendront la négociation d’une nouvelle convention qui couvrira cette fois les années 2020-2023.

La francisation redémarre… mais pas pour tous
Un article sur la francisation de Lise-Marie Gervais du Devoir